cybermotard
La compétition moto
par la photo
Actualites  > 2022  > Actualités sportives

La France monte sur le podium du Mondial side-car à Spa-Francorchamps.

Publié le 13 juin 2022

Les 3 et 4 juin 2022 avait lieu sur le circuit de Spa-Francorchamps, en Belgique, la troisième manche du championnat du Monde side-car. Un évènement car la dernière course de championnat à Spa, alors en Grand Prix, remonte à 1990 ! L’année où notre français Alain Michel est devenu champion du Monde avec son passager, le britannique Simon Birchall. Le circuit de Spa est mythique par son cadre et son tracé, d’ailleurs le plus beau circuit du monde pour beaucoup de compétiteurs.
Cette manche avait lieu en ouverture des 24h Moto EWC de Spa. L’équipage anglo-français Todd Ellis/Emmanuelle Clément a gagné les 2 courses.

Départ race one sans Tim Reeves ni Harry Payne

Là où ça coince, c’est que cette manche était en concurrence de date avec le Tourist Trophy où Tim Reeves et Kévin Rousseau avaient préféré se rendre. Au TT, il y a des sous à gagner. Pour Harry, c’est un peu différent car il est mannois et son important sponsor l’est également. Bien sûr, cette proximité de dates est regrettable, mais le promoteur du Mondial cherche bien sûr à l’intégrer dans des évènements médiatiques comme c’est le cas avec l’EWC.

Podium course 1 (vendredi)

Sur la plus haute marche, le britannique Todd Ellis et sa passagère française Emmanuelle Clément, sur la seconde les champions du Monde 2021, les suisses alémaniques Markus Schlosser et Marcel Fries et sur la troisième les britanniques Stephen Kershaw et Ryan Charlwood.

Le secret de Todd ?

A Spa, il avait un échappement curieux, non pas un 4 en 1, mais un 2X2 en 1. Le secret de ses performances ? en dehors de son pilotage bien sûr. C’est sûr que tous les moteurs, qui sont stocks, ne sortent pas tous de la même caisse.
Quand on regarde les vitesses maximales sur les 2 courses, le record est , comme d’habitude, pour Schlosser, avec 233,7km/h, suivi de Wyssen 232,2. Ellis pointe à 227,3 km/h et les Peugeot, là nettement plus handicapant, à 221,7 km/h, tandis que la plus basse est pour Leguen à 193,2km/h.

Arrêt aux stands

Et tout de suite pour Todd Ellis/Clément, l’examen des chronos. Le week-end a été parfait pour l’équipage franco-britannique : la pole, 2 victoires, meilleur tour en course et qui devient le record en side du circuit de Spa : 2’34"397 à la moyenne de162,8 km/h.
Tout en restant en tête du championnat !

Bennie Streuer comme chez lui

Si beaucoup de pilotes découvraient Spa, Bennie StreuEr, à droite sur notre photo, connaît le très rapide circuit pour y avoir roulé en IDM. A Spa, avec son nouveau passager Kevin Kölsch, il a été excellent avec une 4è place dans la course 1 et en montant sur la troisième marche du podium dans la course 2.

Ted Peugeot en mode paramétrage

Ted qui découvre les circuits européens les apprend, pour une part, sur sa console de jeux ! Ca ne fait pas tout, mais c’est utile. On le voit ici entrer les données du circuit de Spa sur son compteur, ce qui lui permet ensuite en temps réel de connaître ses temps tout en roulant.

Max Vasseur reprend du service

A Spa, Max Vasseur(à droite) était dans le panier de Rob Biggs, un britannique qui sait tourner la poignée. Dans chaque course, ils finiront septièmes. Max, on ne le sait peut-être pas est très demandé, comme pilote et aussi comme technicien. Il est monté avec Claude Montagnier, Franck Lelias, Eric Berthet et est notre second meilleur résultat au TT, après Grégory Cluze, qu’il a terminé à la cinquième place en 2017 avec son pilote Karl Bennet.

La descente, avant le raidillon

Un endroit de légende, on descend plein pot avant d’attaquer le gauche en bas et d’entamer la montée, le fameux raidillon, un endroit gros-coeur. En side ça va vite, on vous laisse imaginer en Formule 1 auto. Jadis, Spa était un circuit routier de 14, 891 km, comme Le Mans, très dangereux, ultra-rapide. Il a commencé à être modifié en 1979 et il est devenu le circuit qu’il est aujourd’hui, totalement permanent en 2003 et à être ramené à 7, 004 km.

Le raidillon

On découvre les sides au premier tour, dans la fameuse montée "le raidillon" qui mène vers un gauche à l’aveugle. Très curieusement, cet endroit rappelle un autre circuit de légende, en Angleterre : Brands Hatch. Ellis (6) est en tête, suivi de Streuer, Kershaw, Schlosser, Wyssen, Peugeot, etc..

Ted et Vincent Peugeot découvrent Spa

Ted et Vincent découvraient ce très rapide circuit de Spa. Donc Ted, le pilote, 19 ans on le rappelle, est toujours en phase d’apprentissage. Le team n’a cessé d’améliorer ses chronos, c’est là l’essentiel, passant de 2’41"674 à 2’36"975 dans la seconde course. Ils ont même fait le 4è chrono dans la 2è séance qualif.

Stephen Kershaw surprend Bennie Streuer

Dernier tour de la course 1 (le vendredi), Ellis/Clément et Schlosser/Fries viennent de passer, Streuer/Kölsch (21) ont fait toute la course en 3è position devant Kershaw/Charlwood (29) quand ils se sont fait surprendre par ces derniers à la toute dernière chicane qui précède l’arrivée et finissent donc 4e. Dans la course 2, Streuer/ Kölsch ont retenu la leçon, ils ont pris suffisamment d’avance et finissent 3e et podium !

Course 2, trois dixièmes d’écart !

Si la première a été mené d’un bout à l’autre par l’équipage n°6, Todd Ellis/Emmanuelle Clément, la seconde fut plus disputée car Markus Schlosser/Marcel Fries ont été en tête plusieurs tours avant de s’incliner sur le fil, dépassés de seulement 0,321 seconde à l’arrivée ( notre photo). Au classement du Mondial, Ellis/Clément mènent avec 140 points devant Schlosser/Fries 126 points et Kershaw/Charlwwod 79 points.

Podium course 2 (samedi)

Sur la plus haute marche, toujours le britannique Todd Ellis et sa passagère française Emmanuelle Clément, sur la seconde les champions du Monde 2021, les suisses alémaniques Markus Schlosser et Marcel Fries et sur la troisième, les néerlandais Bennie Streuer et Kevin Kölsch.

Pierre Leguen de retour

Enfin ! Pierre (à gauche) est un pilote incontournable du side français, champion de France F2 en 2013. On ne l’avait plus revu depuis 2020. Il pilote maintenant un LCR long ex-Holden (il avait essayé un long en 2014, mais n’avait pas donné suite). A Spa, il emmenait Léopold Rouby, passager dans le passé de Tiphaine Gaulard et aussi d’Estelle Leblond. Pierre était très content de son week-end avec de bonnes sensations au guidon du LCR.

Et nos français ?

Pas moins de 6 équipages français étaient engagés à Spa :les Peugeot, Gallerne/Bouchard, Leguen/Rouby, Lebail/Leveau (99), les Vinet, Gadet/Pouillot (15), sans oublier nos 2 passagers Max Vasseur et Emmanuelle Clément. Bien sûr, les Peugeot se sont battus en tête, mais derrière, dans la 1ère course, ce sont les Vinet (12è) qui s’en sortent le mieux devant Lebail/Leveau (13è), et l’inverse dans la seconde course. Gadet ne finit pas la première course et n’a pas pris le départ de la seconde.

L’album photo

Derrière les stars, on n’oublie pas tous ceux qui permettent au Mondial d’exister : Kevin Cable (111), associé à Charlie Richardson, ex-passager de Todd Ellis et Franck Lelias, qui pointent à la 8è place du Mondial, les locaux de l’étape, les belges Cédric et Arnaud Pierard (39), 9è et pour une première course en Mondial cette saison, Archer Rupert/Steve Thomas (70), qui courent habituellement dans le Championnat BSB et Schwegler Markus/Ondrey Kopecky (19).

Lukas Wyssen et Thomas Hofer, des anciens du FSBK

On les connaît bien en France car ils ont participé à notre championnat FSBK avec succès dont 2 victoires au détriment de notre 15 fois champion de France, Sébastien Delannoy. A Spa ils (41) font 2 fois sixièmes, devant nos champions Ted et Vincent Peugeot (74). Pour la petite histoire, le père de Lukas, Tony, a roulé ici en 1990 !

Pierre Leguen et Philippe Gallerne à la lutte

Pierre Leguen/Léopold Rouby précèdent Philippe Gallerne/Jean-Philipe Bouchard. On les voit dans la descente, un endroit très rapide qui suit l’épingle de la source, lils passent devant les anciens stands, remplacés par des nouveaux, pharaoniques, formule 1 oblige, mais situés maintenant avant l’épingle de la source.

Les belges jouent à domicile

Présents depuis le dèbut du championnat, actuellement classés 9è avec 32 points, les belges Cédric et Arnaud Pierard virent à l’épingle de la Source. Pour le fun, on retrouve sur le mur "Malmedy" et Stavelot", deux villages situés sur l’ancien circuit routier.

Sérieux

Il faut sauver la planète, aussi à Spa aucune affiche, aucun programme. Fallait les chercher sur son portable via le code QR. Peut-être cela explique l’assistance moyenne pour ces 24 h de Spa ....


Albert Grison

Vous avez aimé cet article, recommandez le sur votre profil facebook et partagez le avec vos amis



A lire aussi

17 avril 2019
Les conséquences de l’arrivée de la catégorie F 600 en championnat side-car

23 avril 2022
Une superbe première manche du championnat du Monde side-car 2022 au Mans (...)

20 septembre 2012
Triste fin de carrière pour Adolf Hänni, passager de Pekka Päivärinta en Mondial side (...)

12 janvier 2019
Rolf Biland, une des légendes hélvétiques du side-car

 

Visiteurs connectés : 32

Rechercher

RSS MOTO CYBERFLUX


Rejoins-nous sur Facebook