cybermotard
La compétition moto
par la photo

Publié le 19 mars 2019

Podium général samedi

Sur la première marche, Huet/Lavorel, sur la seconde, Delannoy/Rousseau et sur la 3è, Moreau/Gadet. Pour le podium du dimanche, on a respectivement, Delannoy/Rousseau, Huet/Arifon et Wyssen/Chabloz.
Dans la seconde course, Huet/Lavorel, lointains seconds, n’ont pas pu suivre les vainqueurs car, Jonathan souffre du "syndrome des loges" tandis que les 3è de la veille, Moreau/Gadet ont été arrêtés par la direction de course voyant de la fumée s’échapper du side. Celle ci a pensé à une casse moteur, alors qu’en fait c’est le pneu du panier qui touchait l’aile baladeuse de la carêne. Au global, Delannoy/Rousseau restent en tête du championnat avec 150 points devant Huet/Arfon/Lavorel 92 points.
Sans trop se tromper, Delannoy/Rousseau seront une nouvelle fois champions de France
On ne peut que se réjouir d’avoir en France d’aussi jeunes et talentueux équipages de classe mondiale, dignes du top 5

Départ de la première course side car

Excellent départ de Huet/Lavorel (56), les pole-men, ainsi que de Brunazzi/Rigondeau (61), second temps des essais. Delannoy/Rousseau (1) ne partent qu’à la 6è position, mais à leur décharge, ils n’ont que peu roulé aux essais. Il faut savoir que leur nuit du vendredi au samedi a été très laborieuse car ils ont dû remplacer un roulement de la roue du panier et pour cela trouver une presse. Plus loin, on reconnaît Wysen/Chabloz (41), Guigue/Aubry (68)Causse/Bergerot (161) etc

Ils ont fait le spectacle, et quel spectacle !

Ils, ce sont Moreau/Gadet (51), Delannoy/Rousseau (1) et Huet/Lavorel (56). Ce fut une course d’anthologie comme n’a pas manqué de le souligner le speaker. De telles courses, on aimerait en voir à chaque épreuve.
Dès le départ, Moreau/Gadet s’installent en tête, puis au bout de 4 tours, Huet/Lavorel prennent le commandement avant que Moreau/Gadet ne se réintallent en tête, Huet/Lavorel descendant à la 3è place
Finalement, Huet/Lavorel reprendront la 1ère place au 8è tour pour ne plus la quitter, Delannoy/Rousseau n’ayant jamais trouvé l’ouverture. Pas de chance pour Moreau/Gadet, qui pouvaient rêver de victoire, ils ont dû rendre la main car leur pneu avant s’est mystérieusement dégonflé !

Nouveau succès pour Shock Factory et Mike Capon

Après la course du samedi, on retrouve sur notre photo, à gauche, Sébastien Lavorel, ex-passager de… Delannoy, 3 fois champion de France. Il remplaçait le titulaire du poste du side 56, Sébastien Arifon, blessé à Nogaro. A droite, Jonathan Huet, qui sous son air de premier de la classe, cache un redoutable compétiteur sur la piste, alors qu’il est totalement zen et pas grosse tête pour un sou dans le paddock. Jonathan n’a pas froid aux yeux pour aller au contact, ou se faufiler parmi les attardés. Au centre Mike Capon, le boss des amortisseurs Shock Factory qui enregistre à Lédenon un nouveau succès. Un succès en appelant un autre, ce sont ses amortisseurs qui équipaient le side des vainqueurs de la première course au TT, John Holden et Andrew Winkle.

Delannoy/Rousseau, une pole, une victoire et record du tour

Ils viennent de descendre de leur LCR Suzuki à la fin de la première course gagnée par Huet/Lavorel. Ils sont en compagnie de la très présente maman de Kévin, et première supportrice. C’est pas les grands sourires ! Ca ira nettement mieux à la fin de la seconde course, le dimanche, que l’équipage remportera haut la main avec plus de 42 secondes d’avance sur Huet/Lavorel et plus loin Wyssen/Chabloz.
Dans cette course, Delannoy établit le meilleur chrono du week-end dans le temps de référence en 1’27"461
Pour la petite histoire, lors des essais chronos du dimanche, Moreau/Gadet loupent la pole de 2 millièmes qui revient à Delannoy/Rousseau !

Samedi, podium F2 historique

Historique, non pas tant par la présence des talentueux équipages présents, Barbier/Crochemore et Causse/Bergerot, mais par l’absence de troisièmes ! Du jamais vu, ça fait désordre ! Dans la seconde course, on retrouve les mêmes, et, sur la dernière marche, le troisième équipage F2 présent à Lédenon, Bertrand/Batailler. Il y avait bien les Gassman père et fils, mais une casse lors des essais libres les ont mis hors course. Au classement F2, Causse/Bergerot restent en tête mais ne comptent plus que 8 points d’avance sur Barbier/Crochemore.

Premier podium FSBK pour Pascal Bertrand/Denis Batailler

Ils sont du coin et ils ont eu la bonne idée de s’essayer en FSBK, eux qui sont des habitués des "courses d’anciennes". Sur leur SGR (châssis français) Suzuki F2, ils se sont brillamment qualifiés. Ils ont manqué la première course, car leur side est tombé en panne en se rendant en pré-grille. Par contre ils étaient bien présents pour la course du dimanche qu’ils ont terminée en 13è position au global et 3è au trophée F2, d’où podium !

Championnat suisse inside

Au virage du Pont, le dimanche, comme si vous y étiez, la famille des side-caristes suisses. Brunazzi/Rigondeau (61) précèdent Muhlheim/Roessinger (40) et Wyssen/Chabloz (41). Seul Wyssen est un suisse alémanique (de langue allemande) mais le side lui aura permis de beaucoup progresser dans l’apprentissage du français. Mickaël Rigondeau est français, mais il est tellement sympa qu’on le croit suisse ! Cette seconde course a surtout été intéressante par la bagarre durant 16 tours entre Brunazzi/Rigondeau et Wyssen/Chabloz. Finalement, ce sont ces derniers qui s’imposeront à l’accélération pour s’emparer de la 3è place du podium.

Morell/Laffon, podium du chat noir

Un noir week-end pour cet équipage, William Morell et Pascal Laffon (54) sur leur LCR Suzuki F1. Tout d’abord dans la première séance d’essais chronos avec un moteur cassé, puis après avoir monté un nouveau moteur, ça ne marche toujours pas ! Le temps de trouver la solution c’est trop tard. Qualifiés le dimanche matin, re-casse le midi et abandon au 4è tour alors qu’ils étaient en 9è position.

Causse/Bergerot à l’attaque

Notez toute la détermination de Efelide Bergerot, la passagère de Gérald Causse (et un peu plus dans la vie). L’équipage découvrait Lédenon, pas le circuit le plus facile à apprendre, dans la catégorie side. Efelide s’emploie, à donner adhérence et motricité dans le virage du Pont.

Photo de famille

Nous sommes au tout début de la seconde course, à la fin du triple gauche.
Les Vinet (29), père et fils emmènent le peloton et vont garder la tête durant plusieurs tours avant de rendre la main pour cause de dribbling de la roue avant.


Albert Grison

Vous avez aimé cet article, recommandez le sur votre profil facebook et partagez le avec vos amis



A lire aussi

11 mars 2019
A la découverte de la discipline du side-car de compétition

3 février 2019
Un record d’engagés pour l’ouverture du championnat de France side-car au (...)

6 décembre 2010
Estelle Leblond, révélation side car 2010

1er mai 2013
Doublé de Delannoy/Lavorel en side car à Nogaro

 

Visiteurs connectés : 31

Rechercher
Articles dans la même rubrique
 

RSS MOTO CYBERFLUX


Rejoins-nous sur Facebook