cybermotard
La compétition moto
par la photo

Publié le 19 mars 2019

Grégory Cluze tout près du titre

Il s’en ait fallu de très peu que notre top passager national, Grégory Cluze, ne soit sacré champion du monde side-cars au Mans, titre qu’il manque pour 7 petits points. Grégory et son pilote germanique Jörg Steinhausen ont réalisé une saison remarquable, et avouons qu’on ne s’attendait pas à une telle prestation, car Jörg avait abandonné la catégorie, en raison de certaines manoeuvres extra-sportives, il y a quelques années. Rappelons qu’au Mans, Ils ont mené deux fois et fait le meilleur temps en course.
Du haut de ses 28 ans, Grégory fait presque figure d’ancien car il a débuté à 16 ans comme passager de son père avant de continuer avec des pilotes de la trempe de Sébastien Delannoy, Mike Roscher, et Tim Reeves.

Sébastien Delannoy et Sébastien Lavorel, premier équipage national

On ne présente plus Sébastien Delannoy notre meilleur pilote, de classe mondiale, sept fois champion de France et associé depuis deux ans à Sébastien Lavorel. Au Mans, ils ont réalisé le sixième temps des essais à quelque 1"541 de la pole établie par les frères Birchall. C’est pas mal du tout car il lui fallait retrouver le rythme du Mondial qui n’a rien à voir avec celui de notre championnat FSBK. En course, après avoir dépassé l’Autrichien Grabmuller, ils ont roulé esseulés pour finir 4e et premier équipage français, un peu aidés il est vrai par les abandons de Päivärinta/Hänni et des frères Birchall.

Philippe Lebail et Christian Chaigneau chanceux

Beaucoup de mécanique au Mans pour Philippe Lebail et Christian Chaigneau, les champions de France 2007, mais ils ont eu la chance avec eux car au dernier moment ils ont détecté une fuite sur le radiateur d’eau qu’ils ont dû réparer en urgence "à la pâte", et la réparation a tenu. Elle leur a permis de finir sixièmes, résultat dont ils étaient parfaitement contents. Comme dit notre moustachu Philippe, on est juste là ‘"pour se faire plaisir", donc mission remplie.

Franck Barbier et Emmanuel Debroise, résultat mitigé

Champions de France 2010, le pilote local : Frank Barbier et le normand Emmanuel Debroise ont déjà participé à de nombreuses courses du Mondial. Mais Le Mans ne leur restera pas comme leur meilleur souvenir. Leur talent n’est pas en cause, mais la mécanique fut capricieuse, fuite d’huile , boîte de vitesse, et surtout pas trop le temps de réparer. A l’issue d’une course en solitaire et un tête à queue, ils obtiennent la onzième place. On notera à l’aspect de la carène qu’il y a eu du baston quelque part.

Jean Philippe Brunazzi et Mickaël Rigondeau ont dû batailler ferme

Troisièmes du championnat FSBK 2011 et 2012, Jean Philippe Brunazzi et Mickaël Rigondeau participaient à leur troisième course du Mondial side de leur vie. Ils n’en reviennent pas à quelle vitesse des extra-terrestres comme les Birchall peuvent les dépasser dans une courbe, un moment d’anthologie ! Reste à les imiter, mais c’est une autre histoire ! En tout cas ils finissent 13e après avoir dépassé plusieurs concurrents et sont ravis de leur week-end.

Pour le team 91, le point de la quinzième place

Le team 91, est un équipage familial, le père Robert au guidon et le fils dans le panier, des supers passionnés. Le Mans était leur première course en Mondial. D’avoir côtoyé les Reeves, Päivarinta et autres pointures mondiales restera un grand souvenir. Avec leur LCR Suzuki, ils finissent quinzièmes et l’histoire retiendra qu’ils ont marqué un point au championnat du monde.

Jean Louis Hergott et Stéphane Josse en panne de freins

Jean Louis Hergott, champion de France F2 en 2009, associé à Stéphane Josse dans le panier, disputait cette année la totalité du championnat du monde. Pour cela, ils disposaient de la dernière évolution du RSR (comme Rudi Schmied Racing), un châssis allemand motorisé par un BMW, mais devant l’ampleur de la tâche à mettre au point ce châssis, ils ont récupéré depuis Oschersleben leur châssis de l’an passé. Après un bon début de course, ils ont dû abandonner pour des problèmes de freins récurrents. Pour les intéressés, Jean Louis Hergott met en vente ses deux châssis RSR contact.

Jonathan Huet et Sébastien Arifon créent la surprise

Champion de France F2 en 2011, Jonathan Huet est passé au side F1 cette saison, associé à Sébastien Arifon. Ils ont fait très fort au Mans car l’équipage, sur un LCR Suzuki loin d’être un avion de chasse, s’octroie le huitième chrono aux essais devant des pilotes très confirmés comme Philippe Lebail ou Frank Barbier et autres sides étrangers. Pour ceux qui suivent Jonathan depuis ses débuts, on savait qu’il avait du talent, mais une telle performance, alors que l’équipage n’a disputé seulement que 8 courses (en 4 épreuves) de notre championnat FSBK, c’est tout simplement sensationnel. Malheureusement ils devront abandonner rapidement en course sur problème d’embrayage.

Philippe Galerne, sur le podium de la poisse

Philippe Gallerne est un des rares pilotes avec Jean Louis Hergott à ne pas utiliser l’omniprésent châssis LCR mais un excellent et superbe châssis anglais RCN (Racing Collins Nicholson). Pour lui et son passager Alexandre Schreiber, le Mondial du Mans aura été bref. Ils n’auront même pas fait un seul tour complet durant la première séance d’essais pour cause de moteur cassé. Malheureusement, au Mans, seulement deux heures séparaient les deux séances d’essais chronos, donc trop court pour changer un moteur. C’est pas très heureux comme timing. résultat : pas qualifiés.


Albert Grison

Vous avez aimé cet article, recommandez le sur votre profil facebook et partagez le avec vos amis



A lire aussi

23 février 2019
Paul Léglise en championnat mondial side F1 600

7 novembre 2011
Side Car : podium historique des Français à Mallory Park

25 janvier 2019
Klaus Enders, une légende allemande du side-car mondial nous a quittés

12 janvier 2019
Rolf Biland, une des légendes hélvétiques du side-car

 

Visiteurs connectés : 33

Rechercher
Articles dans la même rubrique
 

RSS MOTO CYBERFLUX


Rejoins-nous sur Facebook