cybermotard
La compétition moto
par la photo
Pilotes et Teams  > Les teams motos

2018 : Le nouveau défi de la Métiss

Publié le 5 février 2018

Pour 2018, l’équipe du team Metiss a relevé un nouveau défi : celui d’intégrer son fameux bras oscillant avant dans un tout nouveau projet, celui de la MS 18. Cela consiste à greffer ce train à un bloc moteur porteur et non plus à un cadre traditionnel.

La grande innovation 2018, du team Metiss est l’absence de cadre "traditionnel". Le bras oscillant JBB est désormais ancré directement sur le moteur.
Le système de freinage est issu de la compétition auto.

Le nouveau projet du team Metiss porte un nom c’est « MS18 ». « C’est simplement la contraction du nom Metiss, et 18 concerne l’année » précise Stéphane Vade, le team manager.

Désormais le projet MS 18, consiste a réaliser un prototype toujours équipé du train avant JBB, mais cette fois ci avec le moteur « porteur ». Il n’y a plus de cadre. Pourquoi cette évolution ? C’est simple selon Jean Bertrand Bruneau le concept du train avant greffé sur un cadre existant est arrivé au bout de son développement.

En effet avec ce système, le réservoir était très haut et nuisait au centre de gravité. Avec ce nouveau système « On a un gain de poids conséquent, de l’ordre d’une petite dizaine de kilos » précise Jean Bertrand Bruneau. « De plus on gagne presque 10 cm de hauteur par rapport à l’ancien prototype ».

Enfin le gain de poids vient aussi de la forme du bras oscillant AR. « Sur notre prototype, le renfort du bras oscillant est dirigé vers le bas, ce qui nous fait gagner beaucoup de place ». Cette solution est un standard en motoGP.

Enfin en l’absence des longerons du cadre, la « surface frontale » de la moto est réduite aussi de 10 cm. Enfin cette absence de longerons, ainsi que la forme du bras oscillant et la nouvelle position de l’amortisseur avant permettent aussi un « recentrage des masses autour du centre de gravité notamment en ce qui concerne le réservoir.) »

Tout cela devrait se traduire par un « gain en maniabilité et en aérodynamique » continue Jean Bertrand Bruneau.

Enfin last but not least, le projet MS18 est (enfin) couplé avec un moteur performant, celui de la Suzuki GSX-R 2017 ! Le précédent modèle était propulsé par un Gex de 2015.

Cela grâce à l’implication réelle du concessionnaire Suzuki Motoparc 72. « C’est une chose que nous n’avions pas avant. Désormais on a un réel partenariat de confiance » souligne Stéphane Vade.

Ce nouveau prototype devrait faire parler la poudre. En effet on sait depuis longtemps que le bras oscillant de JBB permet de réduire significativement les distances de freinage par rapport à une moto « classique ». Mais avec ce nouveau prototype, propulsé par un moteur digne de ce nom, la MS 18 devrait gagner en re-accélération.

Mais la date des 24H motos approche à grand pas (21 et 22 avril 2018) et il y a encore tout le travail de mise au point à faire. « Là dessus je ne suis pas trop inquiet. Mais en l’absence de test longue durée ce qui peut poser problème c’est la fiabilité du comportement de nos pièces sur 24H. Et ça c’est une grande inconnue » conclut Jean Bertrand.

Il ser de toutes façons très intéressant de suivre la confrontation avec l’autre prototype celui de la TTS Excent Kawasaki lors des 24H motos 2018.

Un meilleur aérodynamisme avec la MS 18

Sur cette vue latérale de la partie gauche de la moto, on voit le 2e point d’ancrage du train avant JBB.
Comme il n’ a plus de longerons, qui "enveloppent" le moteur et le réservoir, la surface frontale de la moto est diminuée de 10 cm !

Un abaissement du centre de gravité

Avec le renfort du bras oscillant dirigé vers le bas, on libère toute la place prise par les échappements sur les motos de route.
En conséquence la hauteur de la moto est abaissée de 10 cm et on a un gain au niveau du centre de gravité.
Cette solution existe depuis longtemps en motoGP.

- cybermotard est le seul site internet a avoir suivi l’évolution de l’invention du train avant JBB, la preuve le projet de @tomo qui datait de 1999
- la page FB des fans de la Metiss


Thierry Leconte

Vous avez aimé cet article, recommandez le sur votre profil facebook et partagez le avec vos amis



A lire aussi

4 avril 2009
Nouveau frein avant pour la Metiss en vue des 24H du Mans 2009

16 avril 2007
La Metiss JLC de nouveau sur les rangs au Mans.

2 septembre 2008
La JBB Metiss à l’honneur chez Motorcycle News

30 août 2010
Retour en piste pour la Metiss JLC moto à Magny Cours

 

Visiteurs connectés : 32

Rechercher
Articles dans la même rubrique

23 octobre 2018
Renouvellement du Junior Team suzuki pour la saison 2019

23 août 2018
Quel avenir pour la catégorie 600 en championnat de France ?

3 mai 2018
Découverte du Track Normandy team en Coupes Promosport

5 avril 2018
Découverte du challenge sherco sur le circuit du Mans

15 mars 2018
Une nouvelle Suzuki pour le Junior team en 2018

18 janvier 2017
TCP Racing : nouveau support officiel Yamaha au sein du championnat de France sbk en (...)
16 novembre 2016
A La découverte de la structure « Bruno Performance » installée en Espagne
29 juillet 2016
Benjamin Michel-Dansac : jusqu’au bout de la passion
20 juillet 2016
Nadine Gatschet : itinéraire d’une technicienne suisse en compétition moto
18 juin 2016
CEV : Quand Paolo fait revivre la mémoire de Marco Simoncelli
11 mai 2016
A la découverte du team Kawasaki satellite en Mondial superbike : Pedercini
21 février 2016
Rencontre avec Laurent Pradon, préparateur de motos de compétition
4 février 2016
Nouveau défi pour BMW en Mondial superbike
 

5 octobre 2018
Jules Cluzel : le titre 2018 est encore à portée de guidon (...)

8 septembre 2018
Honda 500 CBR 500 cup : Thomas Furlan succède à Matthieu (...)

16 août 2018
Hommage en photos à Fabrice Miguet

 

2 octobre 2017
Samuel Trueb : un pilote Helvétique – éclectique en championnat de (...)

16 mai 2016
Les premiers pas de Jayson Uribe en CEV FIM Repsol

26 juin 2013
Rencontre avec Freddy Spencer à Angers

 

RSS MOTO CYBERFLUX


Rejoins-nous sur Facebook