cybermotard
La compétition moto
par la photo

Publié le 19 mars 2019

La passe de 2 pour les frères Birchall

Les Birchall brothers arrivaient tout juste du Southern 100 (un circuit cinglé, trois morts cette année !) qui a lieu sur l’île de Man et qu’ils ont terminé à la deuxième place derrière Tim Reeves, en classeF2.
Pas de détail au Sachsenring : après la pôle aux essais, ils remportent la course avec plus de 11 secondes d’avance sur Pekka Päivärinta (bien parti pour coiffer une 4è couronne mondiale) et 19 secondes sur un autre favori au titre, Jörg Steinhausen.
Les Birchall peuvent nourrir quelques regrets, car sans leur faux pas à Rijeka dont ils sont repartis avec zéro point pour cause de gros soucis moteur (ils ont monté le dernier K12 Suzuki), ils seraient vraisemblablement en tête. Certes, avec 4 épreuves à courir (pour 6 courses), c’est encore possible….. avec un coup de pouce du destin si Päivärinta /Hänni connaissaient à leur tour des casses !
Pour la petite histoire, on notera qu’aux essais, la plus grande vitesse de pointe est pour l’équipage Steinhausen/Hawes (227,6 km/h) suivi de Roscher/Neubert (227,5 km/h), tous deux sur LCR BMW, les Birchall ayant la troisième vitesse de pointe (225,5 km/h) sur leur LCR Suzuki devant un autre LCR BMW de Makkula/Karttiala (224,7 km/h), la lanterne rouge étant notre Philippe Gallerne sur son RCN Suzuki K8 (208,6 km/h).

Un équipage féminin en Mondial, Sophia Kirchhofer/Anna Burkard

Si dans notre championnat FSBK, nous avons un équipage féminin de grand talent avec Estelle Leblond (championne de France F2 2012) associée cette année à Mélanie Farnier, il y a en Mondial, cette saison, un équipage féminin suisse, Sophia Kirchhofer/Anna Burkard qui nous viennent des championnats allemands IDM et Side-car Trophy. Elles disposent d’un LCR Suzuki, un F1 donc, mais exploiter un 1000 reste délicat et elles sont pour le moment en fin de tableau. Les femmes pilotes, c’est déjà rare, les équipages féminins encore plus, sûrement les deux seuls au monde.

Et nos français dans tout ça ?

Un peu à la peine, il faut le reconnaître. Alors que tout le plateau utilise l’omniprésent châssis suisse LCR (comme Louis Christen Racing), nos deux français sont les exceptions. Philippe Gallerne (7) dispose d’un RCN (Racing Collins Nicholson) britannique et Jean Louis Hergott (17) d’un RSR (Rudi Schmied Racing) allemand.
Au Sachsenring, Jean Louis Hegott avec Sam Christie dans le panier termine 16è et antépénultième suivi de Philippe Gallerne associé à Olivier Lavorel.


Albert Grison

Vous avez aimé cet article, recommandez le sur votre profil facebook et partagez le avec vos amis



A lire aussi

23 février 2019
Paul Léglise en championnat mondial side F1 600

7 novembre 2011
Side Car : podium historique des Français à Mallory Park

25 janvier 2019
Klaus Enders, une légende allemande du side-car mondial nous a quittés

12 janvier 2019
Rolf Biland, une des légendes hélvétiques du side-car

 

Visiteurs connectés : 32

Rechercher
Articles dans la même rubrique
 

RSS MOTO CYBERFLUX


Rejoins-nous sur Facebook