cybermotard
La compétition moto
par la photo
Sportwin  > 2015  > News

Découverte : Regis Le Breton et son prototype Pierobon/Ducati

Publié le 1er octobre 2015

Si vous êtes adepte des belles mécaniques et que vous voulez voir un prototype mitonné aux petits oignons, n’hésitez plus, venez voir Régis Le Breton au sein du paddock du Sportwin.
En effet Régis a monté une véritable « bête de course » au sein de ce challenge destiné aux bicylindres.
Revue de détails et en photo depuis le paddock de Croix en Ternois.

La valeur n’attend pas le nombre des années

Regis Le Breton est venu dans la compétition moto sur le tard. En 2000, alors qu’il n’ a que 30 ans il s’achète une Aprilia 250 RS et fait des tours de piste « Que pour s’amuser ». Ensuite sous l’impulsion de quelques connaissances, il franchit le pas et jusqu’en 2006, il accumule les saisons en 250 promosport. Quand cette catégorie est arrêtée il passe en Protwin avec un 999 Ducati, mais ne participe qu’à quelques courses, sans vraiment faire de saisons complètes.
En 2011 il saute le pas et s’inscrit au tout nouvellement crée « Sportwin », car « C’est une formule qui autorise les prototypes, sans pour cela déclencher la course à la puissance ! » conclut-il.

Un cadre qui fleure bon le Mondial superbike et les olives !

Le prototype de Régis Le Breton repose avant tout sur un cadre « Pierobon » l’un des spécialistes italiens, qui alimente le championnat Mondial superbike. De toutes façons « Quand tu passes commande d’un châssis, les délais sont au minimum de trois mois » explique ce pilote originaire de l ’Aisne. De plus tous ces châssis sont numérotés de part le monde : «  J’ai le N°66 ! ». Chez Pierobon il existe deux types de châssis le X60R et le F042. Mais un cadre comme celui là, cela se paye : 13.000 euros ! Mais ne dit-t-on pas que quand on aime on ne compte pas ?

Un moteur de Ducati 796 stock

Pour faire rouler son prototype, Régis Le Breton a choisi de monter un moteur de 796 Ducati dans son cadre Pierobon en aluminium. Ce moteur est quasiment d’origine avec seulement un volant moteur allégé et un alternateur allégé. La recherche du moindre poids est l’obsession de Régis, les vis du cadre sont en titane..etc...etc...Résultat son prototype pèse hors plein 134 kilos pour une puissance d’environ 100 cv.

Des roues Kawa en magnésium

Toujours à la recherche du poids moindre, Regis Le Breton a équipé son prototype de roues de Kawasaki ZX 10R en magnésium « Plus légères, que les roues d’origine ! » précise encore notre homme. La fourche avant vient d’une Aprilia RSV4. Pour monter un prototype comme le sien, cela il a passé environ 200 h ! « J’ai reçu le cadre avant Noël et j’ai terminé au mois de mars 2015 pour faire mes premiers roulages sur le circuit de Lédenon ! »

Un gros travail de mise au point pour l’amortisseur AR

Régis le Breton a fait le choix d’équiper son prototype avec un amortisseur EMC. Une société basée non loin de chez lui. Bien lui en a pris, car lors des premiers roulages sur le circuit de Lédenon « Il a fallu procéder trois fois au changement de ressort, et je dois dire que EMC a bien joué le jeu ! » La quatrième fois cela a été la bonne ! Mais ce n’est qu’à partir de la course du Mans, que le prototype de Régis a révélé tout son potentiel !

Des échappements en titane

Là encore Régis Le Breton a privilégié la chasse aux kilos ! Il a équipé son prototype d’une ligne d’échappement ZARD en titane avec la version sous la selle. « Il existe aussi une version sur le côté » précise Régis.
Et en 2016 ? Après avoir remporté la catégorie moins de 800 cm³, Régis pense changer de catégorie et aller chatouiller les plus de 1000 cm³. Pour cela il va monter un moteur d’Hypermotard !!!
So wait and see !


Thierry Leconte

Vous avez aimé cet article, recommandez le sur votre profil facebook et partagez le avec vos amis



Visiteurs connectés : 37

Rechercher

RSS MOTO CYBERFLUX


Rejoins-nous sur Facebook