cybermotard
Le E-zine de l'actualité
moto par la photo
24h Moto  > 2010  > Galerie photos

2e Galerie photos de la 33e édition des 24h du Mans moto

Envoyer l'article par mail
Publié le

Kawasaki signe un bien bel exploit, puisque lors des 24h du mans 2010, La machine N°11, monte sur la plus haute marche du podium. Cela n’était pas arrivé à l’équipe officielle des « Verts » depuis 1999, soit 11 ans de disette !

La Kawasaki ZX10-R aux mains de Julien Da Costa, Olivier Four et Gregory Leblanc est resté en tête quasiment durant la totalité des 2 tours d’horloge. Mais de nombreux coups de théâtre ont émaillé la course durant la nuit. Le plus spectaculaire étant notamment le début d’incendie la Honda N°55 de National Motos.

Cette course a été très dure et n’a épargné personne y compris les équipes les plus aguerries. Gros coup de chapeau à 2 teams privés qui apparaissent dans le Top 5 : C’est le cas de la Suzuki N°41 de Greg Junod, Greg Black et Olivier Depoorter.qui décroche son premier podium en EWC. Enfin belle prestation de la Suzuki N°69 de RT Motovirus qui boucle le Top 5 à un tour seulement de la Yamaha officielle N°94.

Revue de détails en photos des évènements dans la nuit du samedi 17 au dimanche 18 avril dans les stands, jusqu’au franchissement de la ligne d’arrivée.

Début d’incendie sur la Honda National Motos

Début d'incendie sur la Honda National Motos

A 3H du dimanche matin, la Honda (Pirelli) N°55 qui occupait la 3e position depuis 8h de course d’affilée, s’arrête à son stand. Lors du ravitaillement en essence, les clapets de retour se ferment mal et un véritable déluge de liquide inflammable se déverse sur la moto et son moteur brûlant. Le résultat ne se fait pas attendre et une gigantesque boule de feu illumine la ligne des stands.

Maîtrise de l’équipe National Motos

Maîtrise de l'équipe National Motos

Le début d’incendie ne dure que quelques instants, et malgré une immobilisation d’une dizaine de minutes, la Honda N°55 réussit à préserver sa 3e place au classement provisoire ! Hélas à 10H44, un accrochage avec la Suzuki N°50 la fait dégringoler à la 24e place, moteur bien abîmé. Elle ne repartira que pour le dernier tour.

Abandon de la Suzuki N°110

Abandon de la Suzuki N°110

Le team AM Moto racing, sur Suzuki (Dunlop) N°110, est contraint de jeter l’éponge un peu avant deux heures du matin. Fabrice Auger chute à l’entrée de la chicane du chemin aux bœufs et ne peut ramener la machine aux stands : et pour cause il a la 7e vertèbre fêlée ! C’est dommage cette équipe figure alors en 7e position.

La Honda N°99 victime d’un court circuit

La Honda N°99 victime d'un court circuit

Alors que la Honda BMP/ELF (Dunlop) N°99 talonne la Honda N°55 à un tour pour le contrôle de la 3e place, la machine du team drivé par Michael Bartholemy est victime d’un court circuit vers 21H15. Elle y reste plus d’une heure ! Quand Damian Cudlin s’élance à nouveau sur la piste, cette équipe est descendue à la 41e place. La Honda N°99 relie néanmoins l’arrivée en 15e position. Pied de nez de Matthieu Lagrive qui signe le record du tour à 7H du matin en 1’37’’943 à 20 centièmes de la pole !

La Metiss stoppée dans son élan

La Metiss stoppée dans son élan

La Metiss JLC moto N°45 (à train avant JBB) après avoir connu un beau début de course est stoppée dans son élan vers 3H du dimanche matin. Une coupure moteur oblige Emmanuel Cherron à tirer tout droit au chemin aux bœufs. Mais il réussit à ramener sa machine à la poussette. Dans les stands on change le commodo droit, et la moto repart en 15e position. Elle finit néanmoins à une belle 10e place, bravo à eux !

La Kawasaki Bolliger est loin de démériter

La Kawasaki Bolliger est loin de démériter

La Kawasaki (Dunlop) N°8, avec Horst Saiger (sur la moto), Roman Stamm et Frederic Chabosseau, se livre à une rude bataille avec la Suzuki N°18 et la Suzuki N°41 durant une bonne partie de la nuit, pour le contrôle de la 4e place. La machine Suisse réussit même à prendre la 3e place avant d’être handicapée par des problèmes d’embrayage dimanche en fin de matinée. La machine de Hans Peter Bolliger (moustaches) termine alors à la 6e place.

La Suzuki N°27 dans le Top 3 en superstock

 La Suzuki N°27 dans le Top 3 en superstock

La Suzuki (Michelin) N°27 du Tanesie Racing Team réussit à entrer dans le Top 3 du superstock dans la matinée du dimanche matin. Mais la machine confiée à Dylan Buisson, Etienne Masson et Vincent Houssin doit céder la dernière place du podium à la BMW N°67 de Colexon racing team, une équipe allemande pour 1’40’’ : rageant !

La Yart a eu chaud !

La Yart a eu chaud !

Les problèmes de surchauffe sur les Yamaha (Comme celle du team bikers Days) n’ont pas épargné le tenant du titre la Yamaha Austria Racing Team. En effet depuis le milieu de la nuit, les mécanos sont obligés de la refroidir avec un système « maison ». Résultat, dans la matinée du dimanche Gwen Giabbani attend sagement que les mécanos aient fini, avant de prendre son relais. La Yamaha (Michelin) N°1 sauve l’honneur en terminant 2e talonnée par La Suzuki N°41 à 4 tours seulement !

Galère à répétition pour la Suzuki LMS 72

Galère à répétition pour la Suzuki LMS 72

Cedric Tangre chute au virage de la Chapelle dimanche matin vers 7H10 sur la Suzuki (Dunlop) N°72. A ce moment là cette machine est 13e à 3 tours de la Suzuki N°27. Cette chute est l’épilogue de tous les ennuis qu’à connu la machine du Junior Team. "On a tout eu" résume Damien Saulnier le team manager. L’une des pannes qui les a touchés a été la formation d’une pâte dans le réservoir, due à la réaction d’un anti-rouille à l’essence E-10. Cette pate a obstrué le passage vers le moteur et a occasionné de nombreux arrêts au stand.

Tiercé dans le désordre

Tiercé dans le désordre

Le tiercé gagnant dans le désordre, puisque la Yamaha N°1 n’a jamais été en mesure d’aller chercher le vainqueur : La Kawasaki N°11 que l’on voit dans le fond. A contrario, La Suzuki du RAC 41 a bataillé une grande partie de la nuit pour rentrer dans le Top 5. Bien entendu elle profite des ennuis de la Suzuki N°18 et de la Honda N°55 pour monter sur le podium. Mais elle le fait avec panache !

Problème de flasque pour la Suzuki N°18

Problème de flasque pour la Suzuki N°18

La Suzuki (Dunlop) N°18 paye cher son manque d’investissement dans du nouveau matériel. Après avoir longtemps s’être battue pour prendre la 4e place du scratch, la moto connaît des problèmes de transmission à partir de 7H du matin. Les mécanos ont beau changer la couronne arrière rien n’y fait ! En fait le système de flasque AR a pris du jeu et « broute ». Résultat l’axe de roue AR finit par travailler de biais et c’est le carter moteur qui se retrouve fêlé ! Mais à « 1.200 Euros le système de flasque par roue X 6, cela représente une somme » explique David Brière.

Dommage pour Chabosseau, bon point pour Grarre

Dommage pour Chabosseau, bon point pour Grarre

Dommage pour Frédéric Chabosseau, qui pour sa première participation sur la Kawasaki Bolliger, réussit avec ses co-équipiers à amener la machine N°8 à la 3e place avant d’être victime d’une panne d’embrayage. Bravo à William Grarre qui intégré au sein du team RT racing N°69 réussit avec ses co-équipiers à entrer dans le top 10 au cours de la nuit, avant de terminer 5e au scratch !

Triomphal franchissement de la ligne d’arrivée

Triomphal franchissement de la ligne d'arrivée

Gregory Leblanc (Kawasaki Pirelli) franchit la ligne d’arrivée de la 33e édition des 24H du Mans. Par un curieux clin d’œil du sort, il passe la ligne d’arrivée aux côtés de la Suzuki N°95 du QERT, qui remporte la catégorie stocksport. On voit de dos, pour la dernière fois Patrice More (drapeau bleu), un des directeurs techniques de course de la FFM, qui est décédé quelques jours après cette épreuve.

Le numéro fétiche de Kawasaki est le 11.

Le numéro fétiche de Kawasaki est le 11.

Avec cette victoire, incontestable aux 24H du Mans, Kawasaki renoue avec le succès. En effet elle intervient 11 ans après leur dernière victoire dans la Sarthe. La machine, portant le N°11, confiée aux mains de Gregory Leblanc, Olivier Four et Julien Da Costa devance son poursuivant immédiat de 11 tours !

Kawa : Séquence émotion

Kawa : Séquence émotion

Sur la pit lane, après l’arrivée de sa machine l’émotion saisit Gilles Stafler et Isabelle. La photo suffit en elle même.


Vous avez aimé cet article, recommandez le sur votre profil facebook et partagez le avec vos amis



17 cybermotards connectés
Rechercher
NEWSLETTER
Abonnez-vous à la Newsletter de
cybermotard

Saisissez votre adresse Email

RSS MOTO CYBERFLUX


Rejoins-nous sur Facebook