cybermotard
Le E-zine de l'actualité
moto par la photo
Actualites  > 2005  > Actualités manifestations

Trophées Coluche : la der des der

Envoyer l'article par mail
Publié le

Samedi 12 et dimanche 13 février 2005 a eu lieu la dernière édition des Trophées Coluche, organisée par le Team Banlieue Nord. « Je jette l’éponge » annonce Thierry Bourch’is le patron de l’organisation.

2005 marque la fin des Trophées Coluche qui ont été organisés durant 12 ans par le Team Banlieue Nord. C’était une manifestation qui associait le plaisir de rouler, notamment sur des sides, avec le geste de solidarité mis en place par l’humoriste.

Les raisons ne manquent pas pour justifier une telle décision « Au niveau administratif, on me demande de plus en plus de justificatifs, de papiers de toutes sorte notamment au niveau de la Préfecture ». Cette avalanche de paperasses qui fait les délices de l’administration française a pris une tournure inégalée cette année.

« Je suis allé remettre mon dossier à la Prefecture avec tous les papiers nécessaires, et selon la personne qui m’a reçue tout était OK ».

Hélas à deux semaines de l’événement, « On me retéléphone pour me demander mon règlement particulier, le règlement technique et le liste des engagés. J’aimerais savoir en quoi cela peut influer sur l’autorisation administrative de la manifestation ! »

Résultat : « Je n’ai reçu l’autorisation Préfectorale d’organiser les Trophées Coluche qu’à deux jours de l’ouverture de l’événement ! ».

Cette incertitude reconduite chaque année, mine son moral « Et si je n’ai pas l’autorisation Préfectorale, comment je fais pour me retourner en 48 H ? » D’autant que le budget engagé pour la tenue de ce Trophée, n’est pas négligeable pour un petit Moto Club comme le sien « On investit 5.500 € de frais pour l’organisation complète de ces Trophées Coluche ».

Des obstacles à la pelle

Chaque année de nouveaux obstacles se sont dressés face à cet élan du cœur « On a appris, que selon le code des impôts, qu’il fallait que l’on re-verse 8% de la recette brute, même si on ne fait pas de bénéfices ! » explique-t-il.

Donc une semaine avant, Thierry Bourch’is a dû contacter le Maire de la commune de Tremblay, (sur laquelle se trouve le circuit Carole) afin que ce dernier prenne un arrêté municipal renonçant à cette taxe !!!

« Ce sont les Impôts qui prélèvent cette taxe et qui la reversent à la Municipalité concernée. Ils en ont rien à faire que ce soit titre caritatif ou pas ». Cette initiative vient une fois de plus d’un fonctionnaire un peu trop zélé....

Enfin le partenariat avec le circuit Carole, n’est pas à la hauteur de ses espérances « Grâce au nouveau directeur, on a eu le circuit gratuit cette année. Mais dans la nuit de vendredi à samedi il n’y a pas eu d’électricité sur le circuit, cela a disjoncté continuellement, et les toilettes n’étaient pas en eau ! »

Seuls deux w.c. étaient opérationnels pour un paddock de plus de 200 pilotes avec leurs accompagnateurs. « Pourtant on a eu une réunion de concertation avec les responsables du cicrcuit au mois de janvier. Une fois sur place on s’aperçoit que rien ne fonctionne ! » fulmine Thierry. « La faute à des raccords manquants !! ».

Thierry Bourch’is se console à la pensée que les retombées sont loin d’être négligeables « On a reversé 3200 € aux restos du cœur cette année, grâce aux 1200 spectateurs qui ont fait l’effort de venir ». La faute au temps, qui a été excécrable quasiment tout au long du week-end avec des bourrasques de vent et de pluie fine.   Mais la coupe est pleine et Thierry Bourch’is aimerait pouvoir consacrer du temps à sa réelle passion : les courses de side car F2. « l’Open commence dans un mois et j’ai même pas eu le temps de me pencher sur mon side ». 

Thierry reste cependant disponible pour pouvoir repasser le flambeau « Ca me fait chier d’arrêter car j’avais vraiment l’impression de continuer l’œuvre de Coluche, pour les mecs qui ont faim. Mais je suis prêt à filer mes dossiers et mes contacts à tous ceux qui voudraient continuer les Trophées Coluche ».

Thierry Bourc’his le patron du Team Banlieue Nord jette l’éponge. Tous les ans de nouveaux obstacles, de nouvelles procédures, de nouvelles tracasseries viennent s’ajouter à la montagne de paperasses nécessaires à l’organisation d’une telle manifestation.


Vous avez aimé cet article, recommandez le sur votre profil facebook et partagez le avec vos amis



36 cybermotards connectés
Rechercher
NEWSLETTER
Abonnez-vous à la Newsletter de
cybermotard

Saisissez votre adresse Email

RSS MOTO CYBERFLUX


Rejoins-nous sur Facebook