cybermotard
Le E-zine de l'actualité
moto par la photo
Championnat Mondial d’endurance  > 2006  > 1000 km de Zolder

1000km de Zolder : nouveau podium de Suzuki

Envoyer l'article par mail
Publié le

Lors de la 4ème épreuve comptant pour le championnat mondial d’endurance de Zolder, en Belgique, la Suzuki officielle du SERT est de nouveau monté sur la plus haute marche du podium ce dimanche 18 juin 2006. La tâche lui a été d’autant plus facilité que la seule moto, de Van Zon Honda qui aurait pu lui apporter la contradiction a abandonné.

La Suzuki N°1 a la tête dès le début de la course de Zolder, pour ne plus la quitter. La Kawasaki 666 Diablo Bolliger tente de suivre le rythme, mais finit par chuter.

La Suzuki, du Sert, confiée aux mains de Vincent Philippe, Keicchi Kitagawa et Matthieu Lagrive a remporté les 1000 Km de Zolder en Belgique relativement facilement, puisque l’opposition a été réduite à sa portion congrue.

Le seul équipage capable de rivaliser avec la Suzuki du SERT a abandonné. En effet la superbike de Van Zon Honda (N°71), aux mains de Stéphane Mertens , Werner Daemen et Michael Schulten, est une machine qui dispute le championnat superbike allemand et elle est la seule, sur le papier, à pouvoir contrer les plans de la machine officielle. Même si elle ne réalise que le deuxième temps des essais qualificatifs avec près d’une seconde et deux dixièmes de retard sur la Suzuki.

En début de course tous les espoirs sont permis, car un écart de 20 secondes seulement séparent les deux machines. Hélas à la fin de son premier relais Michael Schulten s’accroche avec un concurrent et va à la faute. Dans cette chute, le système de refroidissement de la moto est endommagé. Le team va continuer, mais après trois heures de course, il faut se rendre à l’évidence : impossible de continuer avec un moteur en surchauffe permanente. C’est l’abandon pour le team belge.

La deuxième place du podium revient à la Yamaha Austria, aux mains d’Igor Jerman et de Sébastien Scarnato. C’est une belle performance pour le team Autrichien, qui a connu des ennuis à répétition avec deux casses moteur durant les essais. Enfin le troisième pilote Gwen Giabbani, a dû déclarer forfait. Lors des essais, sa déchirure musculaire au coude gauche, contractée lors d’une chute à Albacete, s’est réveillée à la suite d’un gros guidonnage. Le français risque d’être indisponible pour plusieurs mois.

Cette performance ravit Sébastien Scarnato qui est le premier à s’en étonner « Après tous nos soucis aux essais, on a essayé de nouveaux pneus pour la course et ça a marché ! »

De fait on a assisté à une véritable course par élimination, car la kawasaki Diablo 666 Bolliger, qui caracole dans le peloton de tête depuis quatre heures, perd toute chance de bien figurer suite à la chute d’Alexander Cudlin.

Ensuite la Yamaha d’Endurance Moto 38, qui occupe la quatrième place, est rapidement handicapée, par des problèmes de boîte. Selon Grégory Fastré, qui prend le deuxième relais « C’est pas possible, les vitesses ne tiennent pas et sautent dans les virages ! » La machine devient ingérable et dangereuse, décision est prise devant l’ampleur de la tâche (4H de démontage au minimum) d’abandonner.

C’est dommage pour le team grenoblois, qui avait recruté Didier Van Kemeulen (champion 1000 superstock 2005), et qui avait décroché le 4ème temps de la grille de départ. Ces problèmes de boite sont récurrents depuis le début de saison et n’ont permis à la Yamaha N°38, de ne marquer que 11 points à Albacete.

Du coup, Jean Claude Claperron, le team manager a pris la décision de ne pas emmener le team aux 8H de Suzuka, « même si les billets d’avion, les réservations de chambre etc..etc... ont été pris » .

Pour lui, il semble plus raisonnable de se concentrer sur les prochaines 24H d’Oschesleben et e Bol. « On a du mal à faire passer la puissance sur notre moto avec la boite d’origine. On sera vraisemblablement obligé de monter une boite racing, mais cela coûte au bas mot 4000 à 5000 euros » . D’où la décision de ne pas partir au Japon.

La troisième place du podium revient à la Kawasaki Bolliger de David Morillon, Muff et Horst Saiger à 7 tours.

Désormais la Suzuki officielle compte 44 points d’avance au championnat mondial d’endurance. « Avec cet avantage, nous arriverons un peu plus détendu lors de la prochaine course des 8H de Suzuka, au Japon » ( 29 et 30 juillet) résume Vincent Philippe.

On verra, à ce moment là, comment l’équipage français se situe dans la hiérarchie des superbike usine, car cette course d’endurance est LE rendez vous de l’année des pilotes et des teams japonais.

La superbike Honda N°71, engagée en championnat SBK d’Allemagne, a chuté et abandonne sur chauffe moteur. Mais Stéphane Mertens ne regrette rien « J’ai été enthousiasmé par le pilotage de la Honda. Et il m’a fallu toute la durée des essais pour maîtriser les 210 cv de la machine »

Yamaha N°38, a connu une fois de plus des problèmes de boite, qui l’avaient déjà handicapé lors des 24H du Mans et à Albacete.


Vous avez aimé cet article, recommandez le sur votre profil facebook et partagez le avec vos amis



14 cybermotards connectés
Rechercher
NEWSLETTER
Abonnez-vous à la Newsletter de
cybermotard

Saisissez votre adresse Email

RSS MOTO CYBERFLUX


Rejoins-nous sur Facebook